ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 15/5 - 2013  - pp.263-270  - doi:10.1007/s10269-013-2281-y
TITRE
Conséquences des traitements des cancers et préservation de la fertilité

TITLE
Consequences of cancer treatments and fertility preservation: Report and propositions

RÉSUMÉ

Le pronostic des cancers s’est largement amélioré au cours des dernières décennies et des jeunes adultes de plus en plus nombreux vont devoir faire face aux séquelles potentielles des traitements. Les difficultés à concevoir un enfant entravent la qualité de vie des personnes guéries du cancer. La préservation de la fertilité est une activité récente et rapidement évolutive qui doit être inscrite dans les soins de cancérologie. Différentes méthodes de préservation de la fertilité peuvent être mises en oeuvre avant le début du traitement gonadotoxique. Certaines options notamment chez le garçon prépubère, voire l’adolescent et l’adulte jeune, sont encore expérimentales et il y a là un espoir et un enjeu essentiel. Ovocytes, spermatozoïdes et tissus germinaux peuvent être conservés sans dommage jusqu’à ce que les patients libérés de leur maladie puissent envisager de fonder une famille. Comme les choix impliquent à la fois des méthodes validées et expérimentales, il est essentiel que les équipes pluridisciplinaires discutent avec les patients et leur famille s’il s’agit d’enfants.

Si tous les patients ne sont pas candidats ou choisissent de ne pas poursuivre la démarche, tous doivent prendre leur décision après avoir reçu une information exhaustive, juste et compréhensible sur les différentes options. Les droits des patients à envisager leur avenir reproductif doivent être respectés. Actuellement, la situation en France n’est pas pleinement satisfaisante. Des structures spécifiques, réparties sur le territoire, doivent s’organiser, permettant une étroite collaboration des spécialistes de la cancérologie, de la médecine et de la biologie de la reproduction, pour une meilleure prise en charge, coordonnée et rapide, des patients. L’INCa et l’Agence de la biomédecine ont publié un rapport, destiné à l’ensemble des acteurs, visant à améliorer le niveau de connaissance sur l’existant et les avancées attendues. Il est aussi force de propositions pour faire progresser la situation et notamment garantir un accès équitable pour tous à une prise en charge de qualité. Les grands axes d’amélioration sont les suivants:

— assurer de façon équilibrée sur tout le territoire une meilleure prise en charge des patients atteints de cancer et de leur possibilité d’avoir des enfants, en favorisant la pluridisciplinarité avec des équipes spécifiques et en s’appuyant sur la planification régionale, les dispositifs combinés d’autorisation et d’agrément et les mécanismes de financement

— publier, diffuser, les recommandations professionnelles et s’assurer de leur prise en compte lors des réunions de concertation pluridisciplinaire, systématiser l’information des patients et de leurs familles sur les conséquences des traitements sur la fonction de la reproduction, mettre en place le suivi des patients sur le modèle du suivi de cohortes

— favoriser la recherche sur la prévention ou la réduction des risques d’altération de la fertilité et sa restauration.



ABSTRACT

Cancer prognosis has considerably improved over recent decades and increasing numbers of young adults live with the long-term consequences of their treatment. Their quality of life is often serious compromised by the inability to conceive a child. As such the recent and rapidly evolving practice of fertility preservation needs to become a standard option in cancer care. Embryos, oocytes, spermatozoa, and germinal tissue can be cryopreserved without damage until such time that the patient, freed from their illness can envisage starting a family. Fertility can be persevered prior to initiation of gonadotoxic treatments by different methods. Some options, in particular in prepubescent boys (and even in adolescents and young adults), though a high research priority and a source of great hope, remain highly experimental. Since the available options combine both validated and experimental methods, it is necessary that care teams are multidisciplinary and that they discuss these choices with the patient and (for children) their family.

Even though some patients, through choice or otherwise, are not candidates for Fertility Preservation, their decision, taken in the light of complete, correct and understandable information about the available options, must be respected in accordance with their rights to determine their own reproductive future. The current situation in France needs improvement and multidisciplinary structures are forming where cancer specialists work closely with specialists in reproductive medicine and biology to provide rapid and coordinated patient care. The national cancer institute (INCA) with the Agence de la biomédecine have co-published a report that brings the knowledge of all involved in the care of these patients up to date and makes a series of propositions to improve the situation and notably to guarantee equitable access to quality care for all concerned persons.

The principal areas of improvement are:

— Equitably improve cancer patients’ access to fertility preservation across the country through the regional planning and establishment of multidisciplinary teams, supported by targeted funding and the authorisation of centres.

— Publish and disseminate professional guidelines and verify that they are taken into account during multidisciplinary decision making.

— Systematically inform patients and their families about the consequences of cancer therapy on reproductive function.

— Set up longitudinal cohorts of patients.

— Promote research into how to prevent or reduce the risk of the attenuation of fertility and into how to restore it.



AUTEUR(S)
Natalie HOOG-LABOURET, Françoise MERLET

MOTS-CLÉS
Préservation de la fertilité, Cancer de l’enfant, Cancer de l’adolescent, Cancer de l’adulte jeune, Cancer de l’adulte, Traitements des cancers, Conservation de spermatozoïdes, Conservation d’ovocytes, Conservation tissus ovariens, Conservation du tissu testiculaire, Gonadotoxicité des chimiothérapies, Gonadotoxicité de la radiothérapie, Qualité de vie

KEYWORDS
Fertility preservation, Cancer in childhood, Cancer in adolescent, Cancer in young adult, Cancer in adult, Cancer therapies, Sperm cryopreservation, Oocyte cryopreservation, Ovarian tissue cryopreservation, Testicular tissue cryopreservation, Chemotherapy, Radiotherapy, Quality of life

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (299 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier