ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 15/1 - 2013  - pp.10-16  - doi:10.1007/s10269-012-2238-6
TITRE
De l’information au consentement « éclairé » chez le patient atteint de cancer et présentant une pathologie mentale

TITLE
From information to informed consent among cancer patients with mental disorders

RÉSUMÉ

En oncologie, la thématique de l’information médicale chez un patient présentant une pathologie mentale, souvent chronique, amène à réfléchir sur les dimensions éthique, réglementaire et pratique. Sur un plan éthique, la prise de décision thérapeutique découlant de l’obtention d’un consentement éclairé constitue un véritable enjeu si ce consentement s’avère impossible à obtenir du fait des troubles psychiatriques du patient. Sur le plan réglementaire, le statut juridique du patient psychiatrique (hospitalisé sous contrainte, sous tutelle ou curatelle) implique l’introduction d’un tiers (curateur ou tuteur) dans le partage de l’information et l’adhésion au projet de soin. Qu’en est-il alors de la légitimité d’un refus sous-tendu par un processus psychotique ou un trouble de l’humeur sévère ? Sur le plan pratique, il y a lieu de s’interroger sur les modalités spécifiques de la consultation d’annonce, de l’articulation entre les problématiques psychiatrique et oncologique dans les réunions de concertation pluridisciplinaire et leur influence respective dans l’élaboration du programme personnalisé de soin. Une collaboration étroite entre oncologues et équipe psychiatrique apparaît comme le garant d’une information et d’une prise en charge loyale et appropriée à ce type de patients, afin de leur éviter discrimination, réductionnisme et perte de chance.



ABSTRACT

In oncology, the thematic of medical information delivered to a patient with an often chronic mental disorder bring us to think about the ethical, statutory and practical dimensions. From an ethical point of view, the therapeutic decision-making ensuing the informed consent process constitutes a real stake if the patient’s psychiatric disorders make this consent impossible to obtain. From a statutory point of view, the legal status of the psychiatric patient (hospitalized under constraint, under guardianship or trusteeship) involves the introduction of a third party (trustee or guardian) in sharing information and agreement to the care project. How do we have to consider the legitimacy of a refusal underlain by a psychotic process or a severe mood disorder? From a practical point of view, one can wonder about the specific modalities of the consultation of announcement, the articulation between psychiatric and oncologic problematics in multidisciplinary meetings and their respective influence in the elaboration of the personalized care program. A close collaboration between oncologists and psychiatric team appears as the guarantee of a loyal and appropriated information support for these patients, in order to avoid discrimination, reductionism and loss of chance.



AUTEUR(S)
M. REICH, J. BONNETERRE

Reçu le 6 juillet 2012.    Accepté le 23 novembre 2012.

MOTS-CLÉS
Cancer, Pathologie mentale, Information, Annonce, Consentement informé

KEYWORDS
Cancer, Mental illness, Information, Disclosure, Informed consent

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (150 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier