ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 14/10-11 - 2012  - pp.579-582  - doi:10.1007/s10269-012-2221-2
TITRE
Imatinib en première ligne dans la LMC en 2012: un traitement « dépassé » ?

TITLE
Chronic myeloid leukemia: is imatinib first line therapy “has been” in 2012?

RÉSUMÉ

La prise en charge initiale de la leucémiemyéloïde chronique (LMC) en phase chronique repose aujourd’hui uniquement sur un traitement par inhibiteur de tyrosine-kinase (ITK). Le développement d’inhibiteurs de seconde génération et leurs utilisations en première intention de traitement posent la question du choix de l’ITK lors de la première prescription. Les arguments plaidant pour une utilisation des ITK2 en première ligne reposent essentiellement sur la rapidité d’obtention de la réponse moléculaire, de sa profondeur à court et moyen terme et sur la plus grande fréquence d’obtention de ces réponses majeures. Cependant, ces molécules induisent des effets secondaires extrahématologiques, elles sont connues depuis moins longtemps que l’imatinib et enfin, les survies actuellement mesurées sont identiques avec toutes les molécules. L’imatinib reste donc une molécule primordiale dans la prise en charge initiale de la LMC. Par contre, il est probable qu’à moyen terme des modifications thérapeutiques précoces (à trois mois) devront être envisagées chez les patients non répondeurs ou mauvais répondeurs aux traitements en basant les prescriptions sur une stratification moléculaire.



ABSTRACT

The initial management of chronic myeloid leukemia (CML) in chronic phase is now based solely on treatment with tyrosine-kinase inhibitor (TKI). The development of second generation inhibitors and their use in first-line treatment raises the issue of choice of TKI in the first prescription. Frontline second generation TKI treatment is mainly based on the speed and depth of the molecular response in the short and medium term and the higher proportion of obtaining these important responses. However, these drugs have non-haematological side effects; they have been used more recently than imatinib and the survival frequencies currently measured are identical with all the molecules. Thus, imatinib remains a crucial molecule in the initial management of CML. However, in the medium term, early treatment changes (at 3 months) based on a molecular stratification should be considered in patients who are non-responders or poor-responders.



AUTEUR(S)
S. GIRAUDIER

Reçu le 11 juillet 2012.    Accepté le 16 octobre 2012.

MOTS-CLÉS
LMC, Imatinib, Nilotinib, Traitement

KEYWORDS
CML, Imatinib, Nilotinib, Treatment

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (110 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier