ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 13/1 - 2011  - pp.17-24  - doi:10.1007/s10269-010-1978-4
TITRE
Faisabilité et intérêt de préserver les fibres nerveuses pelviennes au cours d’hystérectomies élargies par cœlioscopie robot-assistée pour cancer du col utérin précoce

TITLE
Robot assisted laparoscopy in radical hysterectomy for early uterine cervical cancer: feasibility and role in preservation of pelvic nerve fibres

RÉSUMÉ

Étudier la faisabilité de préservation des plexus nerveux pelviens en cas d’hystérectomie élargie robot-assistée et ses potentiels bénéfices sur la morbidité urinaire.

Il s’agit d’une étude menée de février 2008 à août 2010 sur deux centres référents en gynécologie cancérologique. Les patientes bénéficiaient toutes d’une hystérectomie élargie robot-assistée, soit dans le cadre d’une chirurgie première avec curage pelvien pour un cancer du col de moins 2 cm, soit dans un second temps après lymphadénectomie pelvienne négative et curiethérapie vaginale pour un cancer du col compris entre 2 à 4 cm. Pour chaque intervention, nous avons tenté d’identifier et de préserver les plexus nerveux pelviens (nerve-sparing) qui assurent une partie du bon fonctionnement vésical. La sonde urinaire était systématiquement enlevée au deuxième jour de l’intervention. Les résidus postmictionnels des deux premières mictions spontanées étaient systématiquement notés.

Cinquante patientes ont bénéficié d’une hystérectomie élargie robot-assistée pendant la durée de cette étude. L’identification et la préservation anatomique des fibres nerveuses pelviennes ont pu être réalisées pour chaque procédure. Aucune conversion en cœlioscopie ou en laparotomie n’a été nécessaire. L’âge médian des patientes était de 45 ans (33–68), la médiane de leur indice de masse corporelle de 23,8 (17,7–39,4). Les stades FIGO retrouvés étaient IA1 pour deux patientes (4 %), IB1 pour 41 patientes (82 %), IIA pour une patiente (2 %) et IIB pour six patientes (12 %). La taille moyenne de la tumeur cervicale était de 20 mm (4–40). Vingt et une patientes (42 %) ont bénéficié d’une curiethérapie préopératoire. La durée opératoire moyenne était de 298 minutes (135–405), l’estimation des pertes sanguines de 108 ml (30–1 500) et le nombre de ganglions pelviens prélevés de 17,2 (4–41). La médiane de la durée du séjour était de 4,2 jours. Le taux de complications était de 42 %. Nous notions 12 % de dysurie.

Préserver les fibres nerveuses des plexus pelviens lors d’une hystérectomie élargie apparaît possible grâce à l’assistance robot-assistée pour les cancers du col de moins de 4 cm, même après curiethérapie. Plus de 88 % des patientes ont une première miction spontanée sans résidu postmictionnel



ABSTRACT

To study the feasibility of preservation of the pelvic nerve plexuses in robot-assisted radical hysterectomy and potential reduction in urinary tract morbidity.

This study was carried out between February 2008 and August 2010 in two referral centres for gynaecological cancer. All the patients underwent robot-assisted radical hysterectomy. This was either primary surgery with pelvic clearance for a cervical cancer of less than 2 cm or repeat surgery after negative pelvic node clearance and vaginal brachytherapy for cervical cancer measuring 2 to 4 cm. During each procedure, we tried to identify and preserve the pelvic nerve plexuses (nerve sparing), which are partly responsible for normal bladder function. The urinary catheter was routinely removed on the second post-surgical day. Residual urine volume was recorded routinely after each of the first two spontaneous bladder voidings.

Fifty patients underwent robot-assisted radical hysterectomy during the period of this study. Identification and anatomical preservation of the pelvic nerve fibres was achieved in each case. It was not necessary on any occasion to convert the procedure into a laparoscopy or laparotomy. The median age of the patients was 45 years (33–68), and the median body mass index was 23.8 (17.7–39.4). FIGO stages were IA1 in 2 patients (4%), IB1 in 41 (82%), IIA in 1 patient (2%) and IIB in the remaining 6 (12%). The mean size of the cervical tumour was 20 mm (4–40). Twenty-one patients (42%) had pre-operative brachytherapy. The mean duration of surgery was 298 minutes (135–405), estimated blood loss 108 ml (30–1,500) and the number of pelvic nodes removed 17.2 (4–41). The median hospital stay was 4.2 days. The complication rate was 42%. We recorded dysuria in 12% of the cases.

With robotic assistance during radical hysterectomy for uterine cervical cancer of less than 4 cm, it seems to be possible to preserve the nerve fibres of the pelvic plexuses, even after brachytherapy. More than 88% of the patients had no post-micturition bladder residue (less than 100 ml) after the first postoperative spontaneous voiding.



AUTEUR(S)
B. MERLOT, F. NARDUCCI, P. COLLINET, J. PHALIPPOU, L. BOULANGER, P. NICKERS, B. CASTELAIN, S. TAIEB, E. LEBLANC

Reçu le 27 septembre 2010.    Accepté le 24 novembre 2010.

MOTS-CLÉS
Dysurie, Nervesparing, Hystérectomie élargie, Chirurgie robot-assistée, Cancer du col

KEYWORDS
Dysuria, Nervesparing, Radical hysterectomy, Robot assisted surgery, Cervical cancer

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (117 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier