ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 10/6 - 2008  - pp.429-432  - doi:10.1007/s10269-008-0907-2
TITRE
Les tumeurs malignes gynécologiques rares

TITLE
Rare malignant gynaecologic tumours

RÉSUMÉ

Les tumeurs malignes gynécologiques rares (épithéliales et non épithéliales) représentent moins de 2 % des cancers de la femme. Ces tumeurs posent des problèmes spécifiques au niveau diagnostic et surtout au niveau de la prise en charge thérapeutique. Leur traitement repose actuellement sur la chirurgie, avec comme objectif d’être conservateur de la fonction génitale chez les femmes en âge de procréer (cas habituel dans ce type de tumeur). Une deuxième chirurgiene ne s’avère nécessaire que dans des cas particuliers. La chimiothérapie est le plus souvent différente de celle des adénocarcinomes ovariens. Trois centres de référence (centre Léon-Bérard, Lyon, hôpital Hôtel-Dieu, Paris, l’institut Gustave-Roussy, Villejuif) se sont réunis, à la suite de l’appel à projet de l’Inca, pour organiser la prise en charge de ces tumeurs rares par les cliniciens en France.



ABSTRACT

Malignant rare gynaecologic tumours account for less than 2% of all female cancers. The knowledge of their specificity in terms of diagnosis and treatment is critical however, as the outcome of these patients is usually favourable when they are adequately treated. In addition, conservative surgery can be performed in most of the cases allowing preservation of fertility in this population of patients who are often young and at an early stage of the disease. To improve the quality of management of these patients with rare gynaecologic tumours, the French National Cancer Institute has selected three reference centres (centre Léon-Bérard, Lyon, hôpital Hôtel-Dieu, Paris, l’institut Gustave-Roussy, Villejuif) and assigned them to elaborate guidelines, collect the cases within a website (www.ovaire-rare.org), organize specific pathologic panels and stimulate the research on this condition.



AUTEUR(S)
J. ALEXANDRE, I. RAY, P. PAUTIER, A. BOHU, E. PUJADE-LAURAINE

MOTS-CLÉS
Cancer ovaire, Cancer gynécologique, Rare, Centre de référence, Inca

KEYWORDS
Rare, Ovarian cancer, Gynaecologic cancer, Reference centre, National Cancer institute

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (86 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier