ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 10/5 - 2008  - pp.307-309  - doi:10.1007/s10269-008-0858-7
TITRE
Agents déméthylants dans les syndromes myélodysplasiques

TITLE
Epigenetic therapy in myelodysplastic syndromes

RÉSUMÉ

L’hyperméthylation de l’ADN est un phénomène épigénétique observé au cours de l’oncogenèse comme dans les syndromes myélodysplasiques (SMD). Les agents déméthylants (azacitidine et décitabine) sont capables d’inverser ce processus et de réinduire notamment l’expression de gènes suppresseurs de tumeur. Les premières études, chez les patients atteints de SMD de haut risque, montrent environ 50% de réponses hématologiques. Le traitement s’accompagne, au moins pour l’azacitidine, d’une diminution du taux de transformation en leucémie aiguë et d’un allongement de la médiane de survie. De plus, la qualité de vie des patients est significativement améliorée. Compte tenu de la bonne tolérance et de l’efficacité de ces agents dans les SMD de haut risque, ils sont devenus des outils thérapeutiques majeurs qui semblent en voie de se substituer à la chimiothérapie dans de nombreux cas de SMD de haut risque, et pourraient même être utiles avant allogreffe chez les patients que l’on envisage d’allogreffer. Dans les SMD de faible risque, ils sont capables d’obtenir une indépendance transfusionnelle dans 30 à 40 % des cas, et apparaissent comme un des meilleurs traitements de seconde ligne dans cette situation après échec des traitements stimulant l’érythropoïèse.



ABSTRACT

DNA hypermethylation is an epigenetic phenomenon that occurs during the oncogenetic process as in myelodysplastic syndromes (MDS). Azacitidine and decitabine, two nucleosidic DNA methyltransferase inhibitors (DNMT), have shown their ability to reverse this process and re-induce the expression of tumour suppressor genes. Early studies in patients with high-risk MDS and treated by these agents report a rate of haematologic response up to 50%. With azacitidine especially, the treatment was shown to reduce also the rate of transformation into acute leukaemia, and to prolong median survival. Moreover, azacitidine and decitabine appear to significantly improve the patients’ quality of life. The good tolerance and the efficacy displayed by these DNMT made their use considered a major therapeutic strategy in high-risk MDS, likely to replace chemotherapy; they could even be used prior to grafting in patients eligible for allografting. In low-risk MDS, azacitidine and decitabine were shown to induce a transfusional independence in 30 to 40% of the cases. In this context, they are accepted as one of the best treatment options after failure of erythropoiesis-stimulating therapy.



AUTEUR(S)
L. LEGROS, P. FENAUX

MOTS-CLÉS
Syndrome myélodysplasique, Azacitidine, Decitabine

KEYWORDS
Myelodysplastic syndrome, Treatment, Azacitidine, Decitabine

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (84 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier