ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 10/11 - 2008  - pp.657-660  - doi:10.1007/s10269-008-0962-8
TITRE
Chimiothérapie néoadjuvante et carcinomes urothéliaux infiltrants de vessie de stade localisé. Des données de la littérature à la pratique quotidienne: it’s a long way to go...

TITLE
Neoadjuvant chemotherapy in patients with muscle invasive bladder cancer. From literature review to clinical practice: it’s a long way to go...

RÉSUMÉ

Traitement administré de principe avant un traitement local à visée curative-alors que ce dernier pourrait être techniquement réalisé d’emblée dans le cadre de la prise en charge d’une maladie de stade localisé-, une chimiothérapie néoadjuvante a pour objectifs théoriques, d’une part, d’agir précocement sur le risque micrométastatique, et donc potentiellement d’augmenter la survie et, d’autre part, de réduire le volume tumoral de façon à pouvoir éventuellement proposer une exérèse chirurgicale fonctionnelle. Dans les carcinomes urothéliaux de vessie, les données apportées par les études randomisées et les méta-analyses ont mis en évidence un gain de survie absolu d’environ 5 % à cinq ans, qui n’a cependant pas convaincu la communauté uro-oncologique, puisque l’attitude thérapeutique la plus fréquemment retenue en pratique quotidienne de terrain comporte une cystectomie première puis une éventuelle chimiothérapie adjuvante. Parallèlement, des expériences monocentriques suggèrent que la chimiothérapie néoadjuvante pourrait être utilisée pour sélectionner certains patients chez lesquels la cystectomie pourrait être évitée. Des études de recherche clinique multicentriques doivent être mises en place pour valider ces résultats et identifier les facteurs prédictifs permettant de mieux cerner la population de patients susceptibles de bénéficier d’une telle approche.



ABSTRACT

In general oncology, neoadjuvant chemotherapy is given in patients at operable stages before local treatment for two principal reasons: to improve survival by eliminating micrometastases and to select patients for organ preservation strategies. In patients with muscle-invasive bladder cancer, data from clinical trials and meta-analyses have shown a significant benefit in overall survival, with a 5% absolute benefit at 5 years, provided neoadjuvant cisplatin-based combination chemotherapy is used. However, these results have not convinced the medical community since adjuvant chemotherapy after primary cystectomy is frequently used in daily practice. Additionally, bladder sparing in selected patients on the basis of response to neoadjuvant chemotherapy has been described as a feasible approach in some selected centres. These results have to be confirmed by large prospective cooperative studies. The identification of individual or multiple molecular markers, which may identify these patients who are more likely to benefit from neoadjuvant chemotherapy is a major endpoint for the next decade.



AUTEUR(S)
N. MOTTET, S. CULINE

Reçu le 10 juillet 2008.    Accepté le 10 septembre 2008.

MOTS-CLÉS
Carcinome urothélial, Cancer de vessie, Chimiothérapie néoadjuvante, Chimiothérapie adjuvante

KEYWORDS
Urothelial carcinoma, Bladder cancer, Neoadjuvant chemotherapy, Adjuvant chemotherapy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (78 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier