ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/7 - 2005  - pp.551-555  - doi:10.1007/s10269-005-0285-y
TITRE
Tumeurs de l’ovaire à la limite de la malignité: place de la chimiothérapie

TITLE
Chemotherapy of borderline ovarian tumors

RÉSUMÉ

Les tumeurs de l’ovaire à la limite de la malignité (TOLM) ont un pronostic globalement excellent et leur traitement repose de façon quasi exclusive sur la chirurgie. La place des traitements postopératoires demeure complexe et controversée dans certaines situations. Seules quelques malades ayant des facteurs de mauvais pronostic bénéficient peut-être de la chimiothérapie, mais ces facteurs à ce jour ne sont pas clairement définis, qu’ils soient cliniques, histologiques ou biologiques. Si des réponses à la chimiothérapie ont été rapportées chez quelques malades ayant des implants péritonéaux invasifs et/ou une maladie résiduelle macroscopique, le bénéfice global pour ces patientes n’est pas clairement établi. Certains ne proposent de chimiothérapie que si les implants invasifs sont aneuploïdes. La question reste donc ouverte: quelles patientes ayant une TOLM tirent vraiment bénéfice d’une chimiothérapie?



ABSTRACT

The prognosis of borderline ovarian tumors (BOT) is globally excellent and surgery is the cornerstone of treatment. The place of post-operative treatment in BOT remains complex and controversial in some situations. Only a small subset of patients with poor prognostic factors may benefit from chemotherapy, but these factors (clinical, biological or histologic) are yet to be clearly defined. Responses to chemotherapy have been reported in some invasive implants or for bulky disease, but the overall benefit for the patients is not clear (survival, quality of life, treatment toxicity). Some authors propose adjuvant treatment only for patients with invasive implants, and others only in the case of aneuploid invasive implants. The question, therefore, remains open: can some patients with BOT benefit from adjuvant chemotherapy?



AUTEUR(S)
C. LHOMMÉ, P. PAUTIER, P. MORICE, D. CASTAIGNE, C. POMEL, A. REY, C. BALLEYGUIER, C. HAIE-MEDER, P. DUVILLARD

MOTS-CLÉS
Tumeurs de l’ovaire à la limite de la malignité, Chimiothérapie, Revue

KEYWORDS
Borderline ovarian tumors, Chemotherapy, Review

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (90 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier