ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/5 - 2005  - pp.397-402  - doi:10.1007/s10269-005-0247-4
TITRE
Fréquence de l’anémie chez les patients français atteints de tumeurs solides ou d’hémopathies malignes: résultats de l’«European Cancer Anaemia Survey (ECAS)»

TITLE
Frequency of anaemia in French cancer patients with solid tumours or haematological diseases. Results from the European Cancer Anaemia Survey (ECAS)

RÉSUMÉ

L’anémie est une complication fréquente et sérieuse des cancers et de leur traitement. Une grande enquête prospective, l’ECAS, a été conduite dans 24 pays d’Europe pendant les 6 premiers mois de 2001. 15 367 patients atteints de tumeurs solides ou d’hémopathies malignes ont été enregistrés dont 1 335 en France. Certains malades venaient d’être diagnostiqués, d’autres étaient sous traitement, certains étaient en maladie persistante ou récidivante, enfin certains d’entre eux étaient en rémission. Pour les patients traités, il s’agissait soit de chimiothérapie, soit de radiothérapie, soit de radiochimiothérapie. À l’enregistrement de l’étude, 49,4 % des patients français étaient anémiques (taux d’hb < 12 g/dL). Cette anémie a été notée dans toutes les localisations cancéreuses qu’il s’agisse de tumeurs solides ou d’hémopathies malignes, quelque soit le statut de la maladie à l’enregistrement, quelque soit le traitement ou l’absence de traitement. Une corrélation significative a été observée entre un taux bas d’hémoglobine et un mauvais statut de performance. 75 % des patients ont été anémiques à un ou plusieurs moments des 6 mois de l’étude. L’incidence de l’anémie chez les patients non anémiques au début de l’étude et qui ont reçu une chimiothérapie a été de 58 %. Il faut noter que 60 % des malades anémiques n’ont pas reçu de traitement spécifique de l’anémie. Cette haute fréquence de l’anémie chez les patients cancéreux se retrouve avec quelques différences liées à la démographie des malades dans tous les pays d’Europe.



ABSTRACT

Anaemia is a serious and frequent complication of cancer and its treatment. ECAS was conducted in 24 European countries. 15,367 patients were enrolled and followed-up to 6 months in 2001. 1,335 patients affected by solid tumours or haematological diseases were enrolled in France. Disease status at enrollment was newly diagnosed with or without treatment, some patients had persistent/recurrent disease and some were in remission. Cancer treatments were chemotherapy, radiotherapy, radiochemotherapy or no treatment at all. At enrollment, 49.4 % of the French patients were anaemic (hb < 12 g/dL). Anaemia was noted in all cancer types, being solid tumours or haematological diseases, and whatever the disease status or the treatment. Low Hb rate correlated significantly with poor performance status during the entire survey. 75% of the French population were anaemic at some points during the 6 month study. Of patients who were not anaemic at enrollment, 58% became anaemic during chemotherapy. Only 40% of anaemic patients received anaemia treatment during the survey. This high frequency of anaemia in cancer patients was observed in all European countries. Anaemia remains a complication that is too rarely treated in cancer patients in Europe.



AUTEUR(S)
M. SCHNEIDER

MOTS-CLÉS
Anémie, Prévalence, Incidence, Tumeurs solides, Hémopathies malignes, Chimiothérapie, Radiothérapie

KEYWORDS
Anaemia, Prevalence, Incidence, Solid tumours, Haematological diseases, Chemotherapy, Radiotherapy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (169 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier