ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 7/4 - 2005  - pp.271-275  - doi:10.1007/s10269-005-0212-2
TITRE
La chimiothérapie d’induction a-t-elle encore une place dans le traitement des carcinomes épidermoïdes de la tête et du cou?

TITLE
Is there a role for induction chemotherapy in the treatment of squamous cell carcinoma of the head and neck?

RÉSUMÉ

Les carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures ont été considérés comme chimiorésistants jusqu’à la fin des années 70, les quelques agents actifs ne donnant que 10 à 30 % de réponses objectives en situation de récidive ou de métastase et une survie médiane de 6 mois. Les premiers essais de chimiothérapie d’induction associant cisplatine et 5Fu selon le protocole d’Al Sarraf ont permis d’obtenir près de 100 % de réponses objectives dont 10 à 50 % de réponses cliniques complètes. Cependant, après une période enthousiaste, les essais randomisés n’ont pas montré de bénéfices significatifs de ce type de chimiothérapie sauf lorsque l’on considère uniquement les protocoles utilisant l’association cisplatine-5Fu. Par contre cette chimiothérapie d’induction permet dans un pourcentage important de cas de préserver l’organe, de même qu’elle permet de diminuer la fréquence des métastases à distance. À l’heure actuelle, la chimiothérapie associée à la radiothérapie en induction dans les formes avancées inopérables, permet d’améliorer le contrôle locorégional et la survie. De même l’introduction des taxanes, associés au platine et au 5Fu augmente l’efficacité de la chimiothérapie d’induction. Enfin, la radiochimiothérapie séquentielle, c’est-à-dire une chimiothérapie d’induction suivie de radiochimiothérapie donne des résultats très encourageants à confirmer par d’autres essais randomisés.



ABSTRACT

Squamous cell carcinoma of the head and neck were considered chemo-resistant until the end of the 1970s. A few active agents have given only 10 to 30% of objective responses in the case of relapses or metastases with a 6 month median survival. According to the Al Sarraf protocol, the first trials of induction chemotherapy associating cisplatin and 5Fu have given about 100% objective responses with 10 to 50% clinical complete responses. However, after a euphoric period, numerous randomized studies have not shown a significant benefit with this type of chemotherapy except if we only consider the cisplatin-5Fu schedule. On the other hand, this induction chemotherapy permits in a high percentage of cases an organ preservation and a drop in the rate of distant metastases. Today, the combination of chemotherapy and radiotherapy in advanced unresectable forms allows us to improve the loco-regional control and the whole survival. Moreover, the addition of a taxane derivative to cisplatin-5Fu increases the efficacy of induction chemotherapy. Lastly, sequential radiochemotherapy, i. e. induction chemotherapy followed by radiochemotherapy, gives very encouraging results that must be confirmed by other randomized trials.



AUTEUR(S)
M. SCHNEIDER

MOTS-CLÉS
Carcinomes épidermoïdes des voies aérodigestives supérieures, Chimiothérapie d’induction-radiochimiothérapie, Radiochimiothérapie séquentielle

KEYWORDS
Squamous cell carcinoma of the head and neck, Induction chemotherapy, Radiochemotherapy, Sequential radiochemotherapy

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (124 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier