ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 6/6 - 2004  - pp.422-427  - doi:10.1007/s10269-004-0105-9
TITRE
La curiethérapie du cancer prostatique: un état des lieux en 2004

TITLE
A report on brachytherapy for prostate cancer, 2004

RÉSUMÉ

Pour les patients porteurs de cancers prostatiques localisés et bien sélectionnés (PSA < 10, Geason < 7, pas d’extension extracapsulaire, volume < 50-60 g), la curiethérapie de prostate par implants permanents (grains d’iode 125 ou plus rarement de Palladium 103) offre des résultats à 10-15 ans qui paraissent superposables à ceux de la chirurgie. Les taux d’incontinence et d’impuissance sexuelle semblent significativement inférieurs à ceux de la chirurgie classique. Par contre, les premiers mois post-implantation sont grevés d’une toxicité urinaire (essentiellement de grades 1-2) qui ne doit pas être occultée. La curiethérapie à haut débit de dose (HDR), quant à elle, pourrait trouver une place, en association avec une radiothérapie conformationnelle, dans le traitement de formes plus évoluées (à risque «intermédiaire» et «élevé»). La curiethérapie du cancer prostatique devrait donc trouver de plus en plus d’indications, du fait de l’augmentation attendue du nombre global de cancers prostatiques (vieillissement de la population), de l’augmentation prévisible des formes de début (rôle du dépistage), de la demande de plus en plus pressante des patients d’une moindre toxicité, et enfin du fait d’un coût qui est actuellement équivalent à celui de la chirurgie et qui pourrait diminuer dans un proche avenir.



ABSTRACT

For patients with localised and selected prostatic cancer (PSA < 10, Geason < 7, no extracapsulated extension, volume < 50-60 g), prostate brachytherapy by permanent implants (iodine 125 seeds or less frequently Palladium 103) gives results of 10-15 years which seem superimposable on that of surgery. The levels of incontinence and sexual impotence appear significantly inferior to that of traditional surgery. On the other hand, the first months after implantation are a strain on urinary toxicity (essentially grades 1-2) which should not be ignored. High dose rate brachytherapy (HDR) associated with conformational radiotherapy is an option for treating more evolved forms (“intermediate” and “high” risk). Brachytherapy for prostate cancer should therefore be proposed more frequently, with the global number of prostate cancers on the increase (ageing population), the foreseeable increase of early forms (screening), the more urgent demand of patients with lesser toxicity, and finally the fact that the cost is at present the same as surgery and may well reduce in the near future.



AUTEUR(S)
J.-M. COSSET, T. FLAM, N. THIOUNN, J.-C. ROSENWALD, L. CHAUVEINC

MOTS-CLÉS
Curiethérapie, Cancer de la prostate

KEYWORDS
Brachytherapy, Prostate cancer

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (138 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier