ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 6/3 - 2004  - pp.150-157  - doi:10.1007/s10269-004-0064-1
TITRE
La chimiothérapie néo–adjuvante des cancers du sein opérables: méthodologie et résultats d’essais thérapeutiques de phases II et III

TITLE
Neoadjuvant preoperative chemotherapy of operable breast cancer: methodology and results of phase II and III trials

RÉSUMÉ

La chimiothérapie postopératoire adjuvante est le standard pour le traitement du cancer du sein à un stade précoce depuis plus de 10 ans. Commencer par un traitement néo–adjuvant en préopératoire (chimiothérapie première ou chimiothérapie d’induction) est toujours le standard pour les tumeurs inflammatoires et les tumeurs localement avancées inopérables.

Cette approche a été étendue aux tumeurs du sein opérable pour lesquelles la mammectomie était la seule option thérapeutique et ceci dans le but de conservation mammaire. Ce modèle de chimiothérapie néo–adjuvante est devenu le modèle in vivo le plus approprié pour évaluer la réponse thérapeutique et cette approche thérapeutique est d’autant plus intéressante du fait des développements actuels de la biologie moléculaire en particulier de la génomique et de la protéomique.

Cette stratégie thérapeutique est intéressante pour évaluer les nouveaux traitements, d’autant que la plupart des patientes ont une chimiothérapie en adjuvant. La réponse histologique est importante à évaluer mais également les futurs essais thérapeutiques ou déjà en cours devraient permettre de trouver de nouveaux marqueurs de réponse intermédiaire permettant de prédire la réponse thérapeutique. Cette approche thérapeutique est logique compte tenu que 4 essais avec un recul suffisant ont montré que réaliser une chimiothérapie avant chirurgie ou après chirurgie ne modifiait en rien ni la survie sans récidive ni la survie globale.

Cet article fait le point sur les essais de chimiothérapie néo–adjuvante dans le cancer du sein opérable d’emblée et aborde les problèmes méthodologiques, liés aux essais de phase II (comparaison non possible entre 2 traitements, difficultés de faire une mise en face à face d’études compte tenu des classifications anatomopathologiques différentes) et les difficultés de mener des essais de phase III en néo–adjuvant, du fait du nombre de protocoles associant des drogues qui ont fait la preuve d’une efficacité dans le cancer du sein.



ABSTRACT

For more than 10 years now, post–operative adjuvant chemotherapy has been standard treatment for early stage breast cancer. Neoadjuvant preoperative treatment (primary chemotherapy or induction chemotherapy) is still the standard treatment for inflammatory tumours and local inoperable advanced tumors.

This approach has spread to operable breast tumours, for which the mastectomy was the only treatment option, the goal being mammary conservation. This neoadjuvant chemotherapy model has become the most appropriate in vivo model for assessing therapeutic response. This approach is all the more interesting due to recent developments in molecular biology, notably in genomics and proteomics.

This strategy is interesting for assessing new treatments, as most of the patients have adjuvant chemotherapy. It is important to assess histologic response. However, future therapeutic trials, or those already in process, should also allow for the identification of new intermediary response markers that can predict therapeutic response. This therapeutic approach is logical considering that 4 trials have shown that neither chemotherapy before nor after surgery modified survival without relapse or overall survival.

This article first reviews neoadjuvant chemotherapy in operable breast cancer and then overviews the methodological problems linked to phase II trials (impossible to compare 2 treatments, difficulties in comparing studies due to different anatomapathological classifications) and the difficulties in running phase III neoadjuvant trials, due to the number of protocols associated with the drugs that have proven effective in treating breast cancer.



AUTEUR(S)
E. LUPORSI

MOTS-CLÉS
Chimiothérapie première, Chimiothérapie néo–adjuvante, Cancers du sein opérables, Facteurs de réponse, Essais de phases II et III

KEYWORDS
Neoadjuvant chemotherapy, Preoperative, Operable breast cancer, Response factors, Phase II and III trials

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (174 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier