ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 6/3 - 2004  - pp.175-180  - doi:10.1007/s10269-004-0032-9
TITRE
Caractéristiques biologiques pré– et post–traitement néo–adjuvant du cancer du sein

TITLE
Biological characteristics of breast cancer before and after neoadjuvant treatment

RÉSUMÉ

Grâce aux microprélèvements et aux micro–analyses, les traitements néo–adjuvants permettent d’analyser les caractéristiques biologiques tumorales en relation avec les réponses cliniques et histologiques dont on a, par des essais thérapeutiques larges, démontré qu’elles conditionnent le pronostic, en particulier lorsqu’elles sont complètes. Analysés isolément, seuls quelques paramètres biologiques sont fortement prédictifs d’une réponse tumorale : un taux de prolifération élevé pour la chimiothérapie à base d’anthracyclines ou de taxanes, des récepteurs hormonaux présents ou l’absence de surexpression de HER2 lorsqu’une modalité thérapeutique endocrinienne intervient. De nombreux autres paramètres liés à différentes fonctions cellulaires (apoptose, vascularisation, métabolisme, ...) interviennent soit intrinsèquement, soit par leur induction sous traitement, pour influencer l’intensité de la réponse ou installer une résistance ; mais, en présence de nombreux mécanismes redondants ou compensatoires, ils n’ont pas individuellement d’utilité clinique évidente. Les analyses dynamiques (réponse biologique au traitement) et globales (profils génétiques, transcriptome qualitatif et quantitatif, protéome) apportent des informations prédictives ou pronostiques supplémentaires, mais n’en sont encore qu’au stade prospectif.



ABSTRACT

With the help of microbiopsy and microanalysis, neoadjuvant medical treatment allows for analysis of biological characteristics of tumoural tissue with respect to the clinical and histological responses that are established determinants of outcome, especially when complete. Individually, only a few biological parameters are able to predict tumoural response: a high proliferation rate (mitotic index, S phase or Ki67) for anthracyclin– or taxan–based chemotherapy, positive steroid receptors or absence of HER2 surexpression in the case of endocrine treatment. Numerous biological markers of cellular or tissular functions (apoptosis, vascularization, metabolism, etc.) influence the intensity of tumoural response or the onset of resistance, either constitutively or after induction by treatment, but in the presence of complex and redundant compensatory mechanisms, they do not alone prove to be clinically useful. Dynamic analyses (biological response) and comprehensive analyses (genetic profiles, qualitative and quantitative transcriptome, proteome) provide additional predictive and prognostic information, although they are still being investigated.



AUTEUR(S)
H. MAGDELÉNAT

MOTS-CLÉS
Traitement néo–adjuvant, Cancer du sein, Biologie tumorale

KEYWORDS
Neoadjuvant treatment, Breast cancer, Tumour biology

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (156 Ko)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier