ACCUEIL

Consignes aux
auteurs et coordonnateurs
Nos règles d'éthique
Autres revues >>

Oncologie

1292-3818
La revue francophone de formation en oncologie
Vous êtes sur le site des articles parus entre 2004 et 2015 :
» Accédez aux articles parus depuis 2016 «
 

 ARTICLE VOL 17/3 - 2015  - pp.107-116  - doi:10.1007/s10269-015-2493-4
TITRE
Radiologie interventionnelle des métastases osseuses

TITLE
Interventional Radiology for Bone Metastases

RÉSUMÉ

L’amélioration de l’efficacité des traitements antimitotiques et l’apparition des médicaments antirésorptifs ont amélioré le pronostic des métastases osseuses (MO). Dans ces conditions, le traitement local est fondamental pour améliorer le pronostic fonctionnel de patients dont l’espérance de vie s’allonge. Le développement de nouvelles techniques de radiologie interventionnelle a permis de modifier considérablement cette prise en charge. Ces techniques mini-invasives peuvent avoir deux objectifs : la consolidation osseuse mais aussi la destruction tumorale permettant d’obtenir ainsi une amélioration très importante des symptômes douloureux liés aux MO. Les techniques de consolidation font appel à la cimentoplastie, élément clé de cette prise en charge mini-invasive. Les techniques de destruction font appel à des techniques percutanées, radiofréquence, cryoablation, embolisation percutanée, mais également cimentoplastie ou une technique endovasculaire qui est la chimioembolisation. Cimentoplastie : développée dès 1989, elle permet d’obtenir une consolidation osseuse des vertèbres, des os du bassin dans plus de 90 % des cas, avec un effet antalgique très important sur les douleurs mécaniques. Initialement développée au niveau des vertèbres, elle s’est étendue aux os du bassin et aux épiphyses proximales. Le développement de nouveaux outils permettant d’associer un renforcement par broche et une cimentoplastie permet maintenant d’étendre ces techniques à l’ensemble des os du squelette. Amélioration du matériel, expérience des opérateurs ont réduit de manière importante la morbimortalité qui est actuellement inférieure à 1 %, dans des équipes entraînées. Ce qui a fait de cette technique un outil de première ligne pour la prise en charge des MO à risque fracturaire ou douloureuses. Les techniques de destruction : la cimentoplastie a un effet de destruction tumorale dès lors qu’elle est complète. Cet effet est vraisemblablement dû à une hyperthermie dégagée lors de la polymérisation du ciment, différentes études ont montré l’absence de récidive tumorale in situ après cimentoplastie dans plus de 80 % des cas dès lors que celle-ci était totale ou subtotale. Néanmoins, si l’on veut obtenir une destruction tumorale complète en particulier dans une lésion solitaire ou une métastase condensante, il faudra faire appel à une technique de destruction tumorale par radiofréquence ou cryoablation. Ces deux techniques vont permettre par hyperthermie ou hypothermie d’obtenir une destruction tumorale, nous préférons la destruction par radiofréquence, car dans tous les cas de lésions ostéolytiques, elle permet de réaliser dans le même temps opératoire une cimentoplastie si nécessaire. Si ces techniques sont très efficaces, elles présentent toutefois un risque potentiel de complications nerveuses non négligeable dès lors que l’on est à proximité d’une structure nerveuse. En effet, la moelle ou les racines ne supportent par une température supérieure à 45° qui peut entraîner une destruction irréversible des fibres nerveuses. La chimioembolisation est une infusion de produit antimitotique couplée à une embolisation par voie endovasculaire. Elle permet d’obtenir un effet antalgique et une destruction tumorale (dans 50 % des cas environ) lorsque tous les autres traitements locaux ont échoué ou ne sont pas réalisables. Conclusion : le développement de ces techniques de radiologie interventionnelle a permis de modifier considérablement le pronostic local de ces lésions métastatiques pour des traitements mini-invasifs.



ABSTRACT

Interventional radiology takes a large place in the treatment of bone metastases by percutaneous or endovascular techniques. Vertebroplasty appears actually as the most important technique for stabilisation of spine metastases as it induces satisfactory stabilisation of the vertebra and offer clear improvement of the quality of life. Due to the success of this technique, cementoplasty of other bones, mainly pelvic girdle, largely develops. Hypertermia, due to the polymerisation of cement, induces carcinolytic effect, but this effect is not as important as that can be created with radiofrequency destruction. This last technique appears actually as the most important development to destroy definitively some bone metastases and replace alcoholic destruction of such lesions. Angiographic techniques appear more confidential but endovascular embolization is very useful to diminish haemorrhagic incident during surgery. Chemo-embolization is actually developed to associate the relief of pain induced by endovascular embolization and the carcinolytic effect obtained by local endovascular chemotherapy. All these techniques should take a large place in the treatment of bone metastases.



AUTEUR(S)
J. CHIRAS, F. CLARENCON, E. CORMIER, L. LE JEAN

MOTS-CLÉS
Vertébroplastie, Cimentoplastie, Radiofréquence, Cryothérapie, Embolisation, Chimioembolisation, Métastases osseuses

KEYWORDS
Vertebroplasty, Cementoplasty, RF ablation, Cryotherapy, Embolization, Chemo-embolization, Bone metastases

BIBLIOGRAPHIE
archives.onco.revuesonline.com/revues/59/10.1007/s10269-015-2493-4.html

LANGUE DE L'ARTICLE
Français

 PRIX
• Abonné (hors accès direct) : 34.95 €
• Non abonné : 34.95 €
|
|
--> Tous les articles sont dans un format PDF protégé par tatouage 
   
ACCÉDER A L'ARTICLE COMPLET  (4,24 Mo)



Mot de passe oublié ?

ABONNEZ-VOUS !

CONTACTS
Comité de
rédaction
Conditions
générales de vente

 English version >> 
Lavoisier